jeudi 19 décembre 2013

Sur les débats entre pro-BCE en anti-BCE en Allemagne.

Des extraits de l'article du Monde Eco paru ce jour sur l'union bancaire. Je vous recommande également cet article qui me parait fondamental sur les débats en vigueur en Allemagne sur la politique que doit mener la BCE et les enjeux autour de la solidarité dans la zone euro. Retenez ce qu'est l'OMT.
"C'est l'aboutissement de près de deux ans d'âpres négociations. Les ministres européens des finances ont arraché, mercredi 18 décembre, un compromis très attendu sur le second étage de l'union bancaire. L'enjeu est de taille : il s'agit d'établir des règles communes, en matière de sauvetage des banques européennes en difficulté. Des règles pour limiter au maximum le recours à l'argent public, c'est-à-dire au contribuable, comme ce fut le cas dans plusieurs pays après la crise de 2008. Donc de casser le lien entre Etats et risque bancaire.
La philosophie générale est simple : faire appel en priorité aux actionnaires des banques, aux détenteurs de dettes obligataires – et, si nécessaire, aux clients possédant plus de 100 000 euros en dépôts – puis à un fonds de résolution financé par les banques elles-mêmes, avant d'envisager toute aide des Etats. " Que les banques paient pour les banques plutôt que les contribuables ! ", a résumé Michel Barnier, commissaire européen chargé des services financiers, en soulignant : " Ce que nous avons fait cette nuit est très important. "
Ce saut fédéral devrait avoir pour effet de briser le lien entre les crises bancaires et les dettes souveraines, identifié lors de la crise de la zone euro. " C'est un moment très important dans l'histoire de l'Europe ", a dit à l'unisson le ministre de l'économie, Pierre Moscovici.
(...)  Le transfert de souveraineté qu'implique l'union bancaire est réel, mais il reste limité.
L'accord porte en effet la marque de l'Allemagne, qui souhaitait à tout prix restreindre l'implication des contribuables, au risque de créer une " usine à gaz " peu convaincante pour les marchés. (...)
L'Allemagne s'est certes ralliée à l'idée d'un fonds européen de résolution des banques, qui sera financé par le secteur bancaire et interviendra pour sauver des banques de tous Etats, comme le demandaient la plupart des Etats, dont la France, l'Italie ou l'Espagne. En clair, une banque grecque en difficultés pourrait être sauvée par des banques allemandes ou françaises.
Mais pour rassurer Berlin, la mutualisation de cet instrument, dont la force de frappe atteindra près de 60 milliards d'euros au final, sera très progressive d'ici à 2026. Au départ, le fonds " unique " sera surtout composé de compartiments nationaux – chaque compartiment intervenant pour les banques de son Etat. Les éventuels transferts d'un compartiment à l'autre ne seront rendus possibles qu'après la signature, d'ici à mars 2014, d'un nouveau traité intergouvernemental.
Cette approche placera les Etats en première ligne dans le pilotage de la résolution des crises bancaires, au détriment des instances communautaires. Ils feront partie d'un Conseil de résolution qui décidera de sauver ou non une banque.
L'Allemagne considérait, contre l'avis d'une écrasante majorité de capitales, que de tels " transferts financiers " ne sont pas possibles en vertu des traités européens en vigueur. M. Schäuble a donc obtenu de limiter au maximum le champ d'action du futur mécanisme de résolution des crises bancaires.(...)
Ultime concession arrachée par Berlin : en cas de crise bancaire, le conseil des ministres des finances prendra les décisions préparées par le Conseil de résolution. Le rôle de la Commission européenne restera modeste, alors que M. Barnier avait proposé de la placer au cœur du dispositif de résolution.
Enfin, la solidarité entre les Etats restera minimale sur la question du filet de sécurité public, l'instrument réclamé par le sud de la zone euro, Italie en tête, pour prendre le relais du fonds financé par les banques en cas de crise bancaire.
Dans une première phase, tant que ce dernier montera en puissance, l'Allemagne a dû concéderde recourir aux fonds de secours de la zone euro, en cas de besoin. L'activation du Mécanisme européen de solidarité (MES) se fera en échange de solides conditions. Les Etats devront garantir le remboursement des emprunts accordés par cet instrument. (...)

mardi 17 décembre 2013

La Fed réduit son soutien à l'économie américaine.

Un article du Monde qui revient sur les perspectives de ralentissement de la politique de Quantitative Easing.

lundi 16 décembre 2013

Entre désendettement et développement.

Une note de la Société Générale pour faire un point de conjoncture.

mardi 10 décembre 2013

Après le "plombier polonais", le travailleur détaché.

Deux articles du Monde pour comprendre les enjeux autour du statut de travailleur détaché dans l'UE.
Six questions au tour du statut de travailleur détaché.
L'accord convenu hier pour réguler les déplacements de travailleurs dans l'UE.

samedi 7 décembre 2013

La zone euro est-elle dans la trappe à liquidité ?

Un dossier Econote de la Société Générale de décembre 2013.

dimanche 1 décembre 2013

Partage de la valeur ajoutée.

Un article très pédagogique d'Alternatives Economiques pour réviser vos cours de macroéconomie.