lundi 30 septembre 2013

(Not) made in France.

Voici un document du CEPII (centre d'études prospectives et d'informations internationales) qui s'interroge sur les gains de pouvoir d'achat des ménages liés aux importations de biens. En voici la présentation:
" Un quart de notre consommation de biens porte sur des biens en provenance des pays de délocalisation et permettent au consommateur final de réaliser des gains de pouvoir d'achat substantiels, par rapport à l'achat de produits équivalents Made in France. Nous évaluons ces gains potentiels de 100 à 300 euros par ménage et par mois. Il y a là une marge de manœuvre pouvant être utilisée pour améliorer les conditions de travaildans les pays exportateurs, sous la pression des consommateurs."
Lisez le dernier paragraphe qui apporte des prolongements intéressant aux résultats des auteurs.
n quart de notre consommation de biens porte sur des biens en provenance des pays de délocalisation et permettent au consommateur final de réaliser des gains de pouvoir d'achat substantiels, par rapport à l'achat de produits équivalents Made in France. Nous évaluons ces gains potentiels de 100 à 300 euros par ménage et par mois. Il y a là une marge de manœuvre pouvant être utilisée pour améliorer les conditions de travail dans les pays exportateurs, sous la pression des consommateurs - See more at: http://www.cepii.fr/CEPII/fr/publications/lettre/abstract.asp?NoDoc=5958#sthash.mEGxQ5lL.dpuf

dimanche 29 septembre 2013

Zone euro: des pays qui s'éloignent les uns des autres ?

Voici une synthèse d'une recherche présentée dans le cadre des journées de l'association française des sciences économiques.

samedi 28 septembre 2013

Les infortunes de l'innovation: le mirage de la compétitivité.

Un article de classe éco sur le lien incertain entre innovation et compétitivité.

vendredi 27 septembre 2013

Krugman et le Home Market Effect

Un article important pour reprendre les théories de Krugman. Vous pouvez lire les passages sur le Home Market Effect à partir du bas de la page 12 et  les développements sur la nouvelle économie géographique.

jeudi 26 septembre 2013

Compétitivité-coût, salaire et coût unitaire.

Un petit point avec cet article des Echos très clair. Soyez attentifs au vocabulaire. Et d'importants graphiques sur le blog "Captain Economics" dont celui-ci :
CoûtTravailFranceAllemagne

lundi 23 septembre 2013

Echanges intra-branche et intra-firme.

Un document un peu ancien de l'OCDE pour faire le point et s'assurer de bien comprendre les grands catégories d'échange intra-branche.

dimanche 22 septembre 2013

Des avantages comparatifs en mouvement.

Voici un document sur ministère des finances qui revient sur l'évolution des avantages comparatifs de la France. La comparaison avec l'Allemagne est intéressante mais est poussée plus loin dans ce document du CEPII. Enfin, ce diaporama fait un point sur les avantages comparatifs d'un certain nombre de pays et reviens sur les grandes tendances du commerce international.

samedi 21 septembre 2013

La mondialisation des échanges: des amphores au containers.

Voici un article qui revient sur les ancêtres des containers sur le site de Contrepoints. Je retiens cette phrase surprenante: "Selon une étude récente, entre 1962 et 1990, l’utilisation de conteneurs entre deux pays se serait traduite par un accroissement des échanges de 320% sur les cinq premières années et de 790% sur vingt ans ; à titre de comparaison, les accords de libre-échange – ceux du GATT notamment – n’auraient généré une hausse « que » de 45% sur cinq ans et de 285% sur vingt ans." Cette étude est celle de Bernhofen, El-Sahli et Kneller, Estimating the Effects of the Container Revolution on World Trade (2013).

vendredi 20 septembre 2013

Baromètre de l'attractivité de la France.

Ernst & Young propose chaque année ce baromètre: en voici la synthèse et le document complet avec un article intéressant (et court) de Stéphane Rozès à la page 44)..

jeudi 19 septembre 2013

Peut-on se relever d'une crise bancaire ? analyse comparée de l'Irlande et de l'Islande.

Une excellente note de l'OFCE qui permet de commencer à s'intéresser aux combinaisons de politiques monétaires et budgétaires et surtout aux contraintes spécifiques liées à l'appartenance de l'Irlande à la zone euro. Efforcez-vous de bien comprendre la différence entre dévaluation interne et dévaluation externe.

mercredi 18 septembre 2013

Comment peut-on défendre les 1% ?

Dans "Defending the one percent", un article à paraître dans le Journal of Economic Perspectives, Gregory Mankiw, s'efforce de justifier les revenus perçus par les 1 % les plus aisés (en opposition au mouvement 99 % qui dénonce l’explosion des inégalités et la concentration des revenus et du patrimoine). Mankiw cite l’étude de Thomas Piketty et Emmanuel Saez (Income Inequalities in the United States, 2003, mise à jour 2011), montrant qu’aux États-Unis, la part du revenu gagnée par les 1 % les plus aisés est passée de 7,7 % en 1973 à 17,4 % en 2010. Il  engage donc une réflexion économique sur la justice sociale et plus largement sur la taxation des hauts revenus en posant la question de la valeur sociale de la production des plus riches.  Voici une réponse très intéressante de Guillaume Allègre parue en Juillet dernier dans la Revue de l'OFCE montre certaines limites de son argumentation. 
Ne ratez pas la référence à Olivier Godechot et les stratégies de recherche de rente des traders (Working rich. Salaires, bonus et appropriation du profit dans l’industrie financière, 2006). Il parle de "hold-up" en finance. Voici une synthèse de l'ouvrage  paru dans la Revue des Idées.

mardi 17 septembre 2013

Estimation du PIB et impact sur les finances publiques.

Voici une note de recherche un peu technique sur le calcul du PIB potentiel et son impact sur l'effort de consolidation bugétaire. Cela vous permet surtout à ce stade de revenir sur les facteurs de la croissance sur lesquels vous venez de disserter. Vous pouvez commencer à distinguer les catégories de soldes publics. Un petit complément avec cette note de Natixis datant de juillet 2013.

lundi 16 septembre 2013

Quelle France dans 10 ans ?

Voici un rapport du Commissariat général à la stratégie et à la prospective, paru en août 2013, qu'il vous faudrait lire avec attention car il aborde beaucoup de thématiques transversales pour le programme de deuxième année (dette, stratégies d'industrialisation, rôle des PME dans la compétitivité, investissements dans l'éducation et les infrastructures, réformes du marché du travail...). 
Il serait pertinent de relever des chiffres et des exemples comparatifs (France / Allemagne; Allemagne / Italie; pays du nord et du sud...). Ne ratez pas la réflexion sur la "société de défiance", que vous pourrez relier à certaines réflexions abordées lors du séminaire de mars dernier sur la mesure du bonheur.

dimanche 15 septembre 2013

Alain Touraine et la fin des sociétés.

Voici une synthèse présentée sur le site de Nonfiction.fr du dernier ouvrage d'Alain Touraine, La fin des sociétés, paru en 2013. En voici la thèse, présentée par ses auteurs: "la globalisation de l’économie a engendré une dissociation complète entre la société, les moyens l’État (le contrôle institutionnel et politique) et le fonctionnement de la sphère de l’économie financière. Cette rupture engendre un processus de destruction des institutions sociales (l’école, la famille, la ville, la démocratie, la politique…) : un phénomène historique d’une importance exceptionnelle, car il manifeste ni plus ni moins que la "fin du social", au sens de la fin d’une certaine conception moderne de la société : là est la racine de la crise".

jeudi 12 septembre 2013

Les déséquilibres mondiaux et l'euro: le cas de la Chine et l'Allemagne.

Voici un document en anglais de la Banque des Réglements Internationaux. Veillez à comprendre l'origine des surplus allemands et chinois et en particulier le premier point sur les réformes du marché du travail.

mardi 10 septembre 2013

Le colbertisme 2.0 ou comment réindustrialiser.

Arnaud Montebourg a présenté jeudi 34 plans destinés à "reconquérir" l'industrie française, en investissant dans les secteurs porteurs comme les biocarburants, les énergies renouvelables ou les objets connectés. Une nouvelle fois, l'Etat se pose en rempart au déclin industriel hexagonal, dans une forme de colbertisme 2.0 affiché. Voici un extrait en vidéo.

lundi 9 septembre 2013

Biens de haut de gamme: un avantage comparatif européen ?

Voici une note de Trésor-Eco datant de septembre 2013, qui revient sur l'intérêt de la spécialisation des pays développés dans le haut de gamme. Quelques éléments de résumé: 
"Pour faire face à la concurrence des pays émergents, les pays développés tendent à se spécialiser dans la fabrication de biens haut de gamme. Cette industrie - au sein de laquelle se trouvent les produits dits «de luxe», qui en constituent le segment le plus élevé - apparaît stratégique pour leur compétitivité à l'exportation, en particulier dans un contexte économique où les demandes internes sont déprimées.
- Les exportations mondiales de biens de consommation haut de gamme, dont le montant total était estimé à plus de 53 Md€ en 2011, sont essentiellement le fait des pays développés. Les pays européens à eux seuls en représentaient plus des trois-quarts, les premiers rangs étant occupés par l'Allemagne, la Suisse, l'Italie et la France, dont la part de marché est restée relativement stable sur les dix dernières années.
- S'agissant des importations, les économies développées dominent également, puisqu'elles en représentaient 61% en 2011. Le poids des pays émergents et en développement a cependant fortement augmenté, passant de 21% en 2000 à 39% en 2011. Les BRICS, les pays du Golfe et Hong-Kong font maintenant partie des principaux pays importateurs.
- La France a quant à elle exporté 6 Md€ de produits haut de gamme en 2011, soit une part de marché mondiale de 11,2%, portées par les industries agroalimentaires (dont les vins et spiritueux), ainsi que par les parfums et cosmétiques. Elle est le premier acteur mondial du haut de gamme dans ces deux secteurs, avec des parts de marché significatives (respectivement 52% et 36%). Les exportations françaises sont très orientées vers les pays développés (à 70%, dont 44% vers les pays hors UE) mais la croissance des exportations vers les BRICS (y.c Hong-Kong) est soutenue, autour de 26% par an en moyenne depuis 2000.
- Malgré le déficit commercial global qu'enregistrent plusieurs pays développés, la plupart d'entre eux présentent des soldes excédentaires sur les biens haut de gamme. Ce solde excédentaire est très souvent porté par un seul secteur de spécialisation (par exemple les matériels de transport pour l'Allemagne ou la joaillerie et horlogerie pour la Suisse). La France est un des rares pays à présenter une production haut de gamme qui soit à la fois diversifiée en termes de secteurs et excédentaire sur l'ensemble de ces derniers."
Une dernière phrase bien positive pour la France qu'il faut veiller à comprendre . A lire attentivement...notamment le tableau de la page 4 et l'encadré théorique de la page 5.

dimanche 8 septembre 2013

Rapport sur le commerce mondial 2013.

Un document incontournable pour ce début d'année. Voir le II que je ne vous ai pas donné.